Travail et vie familiale

Tout sous un même chapeau. Lundi, 6 h 15 : se lever, prendre son petit-déjeuner, préparer son sac à dos pour la maternelle, consulter ses e-mails, pas de problème grâce à l’iPhone. Tout va bien. Aujourd’hui est une des journées HomeOffice, ce qui signifie qu’on n’a pas à faire les presque 50 kilomètres (aller simple) pour se rendre au bureau de Laufenburg, mais qu’on peut faire le travail depuis chez soi.

Un grand avantage

La flexibilité et la liberté, qui nous permet de combiner à la fois la carrière et la famille. Le travail à 70 % dans la communication. Et n’oublions pas les besoins de l’enfant, qui fréquente actuellement le jardin d’enfants. Si nous ne pouvions pas partager les tâches professionnelles et familiales, les choses seraient différentes, et pas seulement sur le plan financier. Danser à deux mariages est épuisant, mais ça marche, si tout le monde se serre les coudes et que vous avez aussi un peu de chance, par exemple un enfant qui est rarement malade. On est heureux d’avoir la possibilité de travailler à temps partiel tout en ayant un travail responsable et varié.

“La convivialité familiale” : nous en faisons l’expérience et pouvons en tirer profit. Mais là aussi, les deux parties doivent jouer ensemble : on propose, bien qu’ayant un enfant, un haut niveau de performance au travail et des horaires et des missions flexibles, même le week-end ou en dehors des heures de travail habituelles. Cela est également et uniquement possible grâce aux horaires de travail variables et à l’engagement de la famille et des amis qui sont à bord pour les soins. Ou comme le dit si bien un proverbe africain : “il faut un village pour élever un enfant”, il faut tout un village pour élever un enfant. Politique du personnel soucieuse de la famille “convivialité familiale” : tout le monde la veut, tout le monde en fait l’éloge et les politiciens et les entreprises la portent souvent comme une norme.

Mais à quoi ressemble la réalité ?

Service énergétique a reçu le certificat d’audit de berufundfamilie pour sa politique du personnel stratégiquement conçue et soucieuse de la famille. Non ; le certificat est le signe qu’une entreprise aborde la question de la compatibilité entre vie professionnelle et vie familiale de manière ciblée et stratégique. Cela comprend la collecte des mesures existantes, la définition de nouvelles mesures et la présentation de rapports réguliers sur les objectifs atteints. Est-ce que tout cela va ensemble ? En période de concentration au travail, de longs trajets, de pression temporelle et de disponibilité permanente, il n’est pas nécessaire que ce soit si facile.

D’autre part, les médias électroniques, par exemple, ouvrent également de nouvelles libertés. Comme toute liberté, cependant, l’utilisation de l’iPhone, des e-mails et des médias sociaux exige une bonne discipline, afin que l’employé engagé ne se transforme pas en une machine fonctionnant 24 heures sur 24 avec une garantie d’épuisement. La flexibilité et la responsabilité sont requises des deux côtés, des employeurs et des employés, alors la compatibilité du travail et de la famille, tant vantée, peut fonctionner.

Qu’est-ce que l’équilibre travail et vie privée ?

L’équilibre travail-famille est un concept plus que souhaitable. De plus en plus d’entreprises comptent sur leurs employés pour être « équilibrés », car des employés heureux sont plus motivés et plus productifs. Si une entreprise, consciemment ou non, étouffe la vie privée de ses employés, par exemple avec trop d’heures supplémentaires ou une pression inhumaine au travail, cela conduit inévitablement à l’insatisfaction et au stress, qui se manifeste à son tour par la maladie, une productivité moindre et l’aliénation dans l’entreprise.

Si de nombreux employés sont encore insatisfaits et se sentent happés par leur activité professionnelle au détriment de leur vie personnelle, le monde du travail est lentement en train de changer. En effet, de plus en plus d’entreprises sont ouvertes au concept d’un équilibre sain entre  travail et famille, et en font même un outil de communication pour attirer de nouveaux salariés.

Ce qui est certain aujourd’hui, c’est que toutes les parties bénéficient d’un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Cependant, notre société axée sur la performance ignore trop souvent l’importance du principe de l’« employé heureux », qui continue de semer la confusion et le scepticisme à certains niveaux de gestion. Ceci s’explique par la concurrence, au sein de laquelle chaque niveau doit fonctionner pour rester compétitif, en particulier avec la pénurie de travailleurs qualifiés et l’évolution démographique. Ce qui est souvent mal compris, c’est que les employés ne sont pas des machines qui travaillent sans cesse pendant la journée, et rechargent leurs batteries la nuit. Dans la plupart des cas, les gens travaillent pour pouvoir vivre, et non l’inverse.

Une attitude saine envers l’équilibre travail-vie privée commence avec l’employeur, lorsqu’il ne se considère pas comme la plus haute autorité dans la vie de ses employés, mais comme un compagnon fiable qui permet de rendre leur vie meilleure. Dans ce cas, les entreprises sont souvent sur le fil rouge ; la direction a souvent encore du mal à trouver le juste équilibre entre les mesures d’amélioration de la vie et la rigueur sur le lieu de travail. La question se pose souvent : dans quelle mesure devez-vous offrir la liberté à vos employés, dans quelle mesure devez-vous exiger de la discipline ? Par ailleurs, les entreprises trop « lâches » courent le risque que les employés profitent de la générosité de leur employeur et des libertés qui conduisent à l’indiscipline et à la négligence.

L’employé est également responsable d’un bon équilibre travail-vie privée ; après tout, il s’agit d’un équilibre et non pas d’une diminution de l’importance du travail au profit d’un style de vie plus décontracté.

D’autre part, il existe des entreprises dont la situation a un impact trop négatif sur la vie privée et familiale de leurs employés : les heures supplémentaires impliquent en effet moins de temps libre, et la pression sur le lieu de travail peut conduire à des dépressions même à l’extérieur du bureau. Le travail reste alors omniprésent et pénètre dans la vie privée de façon nuisible. Le surmenage au travail, les dépressions et le syndrome d’épuisement professionnel sont des conséquences fréquentes d’un système économique dans lequel la croissance reste le principe de base, et le bonheur personnel est laissé à la charge de l’individu. Le concept d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée cherche à prendre des mesures décisives à cet égard.

La famille a aussi un poids important dans cet équilibre. Dans le monde du travail moderne, elle court en effet le risque de ne devenir qu’un effet secondaire d’une carrière réussie. Les entreprises ont ici la responsabilité d’assurer une vie familiale saine. Après tout, pour de nombreux employés, la famille est le soutien le plus important pour une vie heureuse. Si elle est négligée au profit de la vie professionnelle, c’est l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée qui risque d’être perturbé et menacé.

Qu’est-ce qui fait partie d’un bon équilibre entre travail et vie privée ?

Une vie professionnelle et privée saine implique de nombreux facteurs interdépendants. L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est l’art de mettre en œuvre le plus grand nombre possible de ces facteurs dans les deux domaines sans causer de dommages ailleurs. Il est donc important de savoir ce qui fait partie d’une bonne vie professionnelle et d’une bonne vie privée et comment ces points sont liés.

Beaucoup des facteurs énumérés ci-dessous peuvent également fonctionner ensemble à travers les catégories (par exemple, les facteurs « environnement social de travail » dans la vie professionnelle et « amis » dans la vie privée sont souvent confondus). En outre, il devrait être clair que les besoins dans les différents domaines de la vie évoluent de façon spécifique pour chacun. Alors qu’un employé accorde une grande valeur aux loisirs et aux intérêts personnels, mais n’a pas pour ambition de fonder une famille, il suffit à un autre de pouvoir passer suffisamment de temps avec sa famille pour une vie privée satisfaisante.

Facteurs pour une vie professionnelle équilibrée

Pour un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, la relation entre les deux domaines est décisive, mais la qualité de chacun d’eux l’est également. Lorsque des problèmes liés au travail empiètent sur la vie privée, c’est toute la structure qui en souffre. D’autre part, les préoccupations privées peuvent avoir un impact négatif sur la vie professionnelle. Il est clair qu’un bon équilibre entre travail et vie privée ne peut être atteint que si certaines conditions font de l’emploi un lieu de travail qui ne nuit pas au bonheur personnel de l’employé. Idéalement, ce bonheur est la base et le but d’une relation de travail productive et saine.

Travail productif

Pour de nombreux employés, une vie professionnelle agréable signifie que leur propre travail produit des résultats visibles et valorisés. En ce sens, « travail productif » ne signifie pas une performance maximale au détriment d’autres facteurs, mais la quantité de travail de valeur qui est optimale pour l’employé concerné. Par exemple, un ensemble de tâches insatisfaisantes conduit un employé à ne pas s’identifier à son travail mais à un processus d’aliénation qui peut finalement avoir un impact négatif sur de nombreux domaines de la vie professionnelle.

Un travail productif signifie la bonne quantité de travail satisfaisant et épanouissant. L’employeur bénéficie ici d’un haut degré de motivation de la part de l’employé, s’il crée les conditions appropriées pour un travail productif. En revanche, un travail insatisfaisant peut avoir des conséquences négatives sur la vie privée si le salarié rentre chez lui avec cette insatisfaction. L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée dépend donc essentiellement de la qualité individuelle du travail et de la satisfaction de l’employé par rapport à son propre travail.

Valorisation du travail

Ici, l’employé est particulièrement en demande. La plupart des employés ont besoin d’un sentiment d’appréciation pour eux-mêmes et pour leur travail afin de s’identifier positivement au milieu de travail. Outre les récompenses idéales telles que les éloges, cela inclut également de véritables systèmes de récompenses tels que des possibilités de promotion transparentes, des salaires équitables, des paiements de bonus, etc. La plupart des employés veulent se sentir perçus et traités dans leur dignité comme les personnes qu’ils sont et qu’ils veulent être. Si une entreprise ignore ce point, elle traite les employés comme des machines qui sont censées fournir le même produit encore et encore. La valorisation du travail signifie simplement reconnaître la performance de l’employé et le récompenser en conséquence.

Il existe un élément particulièrement dangereux qui met sérieusement en danger la satisfaction de l’employé : c’est la critique non constructive de son travail. Les questions existentielles et l’incertitude qui en découlent affectent souvent tous les domaines de la vie de l’employé, qui trouve difficile de compenser la frustration de la vie professionnelle par une vie privée solide. L’équilibre travail et vie privée ne peut être préservé que si l’employé se sent traité avec dignité et valorisé. Sinon, une spirale de stress, de frustration et d’inquiétude menace d’ébranler tout l’équilibre.

Environnement social de travail

Les collègues sont souvent considérés comme la « deuxième famille » parce que l’on passe beaucoup de temps avec eux. C’est pourquoi la structure sociale de l’environnement de travail est d’autant plus importante. Les relations entre les personnes sont très complexes et difficiles à influencer en raison de nombreux facteurs individuels. Néanmoins, les employeurs qui disposent des bonnes conditions peuvent s’assurer que le lieu de travail peut être un terreau propice aux relations interpersonnelles. Il s’agit notamment d’une interaction saine en ce qui concerne les hiérarchies, de structures claires de règles contre l’intimidation et l’intolérance, de mesures de consolidation d’équipe, d’une organisation en open space, et bien d’autres choses encore.

Les bonnes structures d’entreprise, une philosophie d’entreprise interprétée positivement et une responsabilité d’entreprise activement appliquée envers les employés créent une bonne base pour que les salariés puissent travailler non seulement avec des collègues de confiance, mais aussi avec des personnes en présence desquelles ils se sentent à l’aise. Si un employé est mal intégré dans la structure sociale du lieu de travail, s’il est harcelé ou même intimidé, cela peut avoir des conséquences dévastatrices pour la vie professionnelle et privée. Ici, les deux domaines se confondent : si l’environnement de travail social souffre, l’employé souffre également et transporte ses soucis et ses problèmes dans presque tous les autres domaines de sa vie professionnelle et privée.

Temps et structure de travail flexibles

La notion d’équilibre travail et vie privée est souvent comprise comme une simple gestion du temps, mais cela n’inclut qu’une partie de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Néanmoins, le bon moment est essentiel à l’équilibre et constitue la base de nombreux autres facteurs. Pour s’assurer qu’il reste suffisamment de temps pour la vie privée ou familiale en plus du travail, l’employeur dispose d’un certain nombre d’options. D’une part, la pratique du télétravail est de plus en plus populaire, en particulier pour les emplois de bureau. L’employeur offre au salarié de rester à la maison pendant les heures de travail et de travailler à partir de là. Pour ce faire, il suffit généralement d’avoir un ordinateur et une connexion Internet

Voici quelques-uns des avantages du télétravail :

  • L’employé a plus de temps libre, dans la mesure où il économise le temps de transport.
  • Il peut travailler avec plus de sérénité, car il y a moins de contraintes que sur le lieu de travail (code vestimentaire, temps de pause, pression sociale, environnement bruyant, etc.)
  • Les parents ont la possibilité de passer plus de temps avec leurs enfants et/ou leur partenaire, tant que le travail est accompli.

Il existe toujours un risque que le télétravail soit « exploité » à des fins personnelles car l’employé échappe largement au contrôle social. Par ailleurs, beaucoup ont du mal à se concentrer lorsqu’ils travaillent à domicile : le télétravail n’est donc pas un moyen universel d’atteindre un bon équilibre entre le travail et la vie personnelle.

C’est un peu plus facile lorsqu’il s’agit d’horaires de travail flexibles. Plus le travailleur dispose d’une grande liberté en ce qui concerne le début et la fin de la journée de travail, les temps de pause et la répartition des heures hebdomadaires, mieux il peut adapter sa vie professionnelle à sa vie privée. C’est déjà le cas dans de nombreux lieux de travail : par exemple, c’est souvent l’employé lui-même qui décide quand il arrive au travail le matin et quand il repart, tant qu’il travaille le temps convenu selon le contrat. Il est possible de fixer un cadre (par exemple « 8 heures de travail entre 8 h et 20 h »). Plus ce cadre présente une grande amplitude, plus le salarié a la possibilité de diviser son temps de travail. De nombreux employeurs assouplissent ce cadre le vendredi pour que le salarié puisse être en week-end plus tôt, à condition qu’il ait travaillé son nombre fixe d’heures au préalable.