Comment prévenir les maladies professionnelles ?

Parfois, faire encore plus d’exercice aide à rester en bonne santé au travail. Lorsqu’il s’agit de maladies plus graves, des changements au travail peuvent également apporter une amélioration. Il existe au moins deux statistiques différentes sur ce qui rend les gens malades au travail.

Les maladies au travail les plus courantes

La perte auditive due au bruit, les maladies liées à l’amiante et le cancer du poumon et de la gorge sont les maladies professionnelles les plus courantes. Cela peut rendre les lecteurs réguliers de journaux suspects. Après tout, la plupart des congés de maladie et des jours d’incapacité de travail sont causés par d’autres plaintes : les TMS et les problèmes de dos ont augmenté de façon épidémique.

Le nombre de jours de maladie dus à des troubles mentaux a fortement augmenté récemment. En outre, on constate une augmentation des maladies respiratoires telles que la bronchite chronique. En outre, les blessures générales ainsi que les maladies du système digestif et les maladies cardiovasculaires font partie du groupe de tête des congés de maladie.

Causes de la maladie au travail ?

La raison de la différence entre les maladies professionnelles reconnues (seules les maladies directement causées par l’activité professionnelle sont considérées comme des maladies professionnelles) et les congés de maladie est due aux différentes responsabilités. Pour les premiers, seuls les employeurs versent des cotisations aux associations d’assurance responsabilité civile des employeurs et cèdent ainsi les éventuelles créances en matière de responsabilité. Elles sont principalement requises en cas d’accidents industriels.

Toutefois, une maladie peut également être un cas pour l’association d’assurance responsabilité civile de l’employeur. Si la peau du coiffeur ne tolère pas la manipulation de produits chimiques ou si le boulanger est allergique à la poussière de farine, la cause est directement liée à la profession. Par conséquent, dans ces cas, les associations professionnelles prendraient en charge le traitement et l’éventuelle reconversion.

Les maladies courantes ne sont pas des maladies professionnelles

Les compagnies d’assurance maladie sont responsables de toutes les autres maladies dites répandues. “Si quelqu’un a des problèmes de colonne vertébrale en raison d’un surpoids et d’une malnutrition, et éventuellement d’une mauvaise occupation de ses loisirs, la cause n’est pas à rechercher dans sa profession”, explique le professeur Stephan Letzel, médecin du travail de l’université de Mayence, “mais principalement dans son comportement personnel ou dans des facteurs héréditaires.

Néanmoins, les médecins du travail ne ferment pas les yeux sur l’évolution du stress et des tensions dans le monde du travail. Des études montrent que les causes des maladies répandues peuvent également être fortement liées à la situation au travail. M. Letzel souligne que cette situation est renforcée par le vieillissement de la population active.

Charge psychologique due au stress

Depuis l’introduction quasi universelle des ordinateurs, le stress et les tensions sont passés d’exigences physiques à des exigences essentiellement psychologiques. Pour certains employés, le travail devient plus uniforme au point d’être ennuyeux, pour d’autres, la complexité augmente énormément. Ces derniers se plaignent surtout de la grande quantité de travail, du rythme de travail rapide, de la haute précision attendue et de l’attention constamment requise.

Toute personne qui se sent dépassée est mise dans un état d’alarme permanent. La tension intérieure, la peur, la nervosité et l’épuisement surgissent. La sous-estimation, en revanche, engendre l’ennui et l’apathie et peut donc aussi être psychologiquement stressante. Même si le dos fait mal, cela est souvent dû à des conflits psychosociaux au travail. Les instructions de travail contradictoires, le manque de reconnaissance et de soutien, les contrôles excessifs et la crainte de perdre son emploi stressent le corps et l’esprit.

Cependant, pour se sentir à l’aise, les employés ont besoin de la reconnaissance de leurs collègues et de leurs supérieurs. Le retour d’information sur les résultats du travail, la transparence des processus décisionnels et une bonne politique d’information des entreprises ont une influence positive sur l’atmosphère de travail.

La colonne vertébrale est sollicitée en position assise

Bien entendu, la modification des contraintes physiques sur le lieu de travail contribue également à l’apparition de douleurs articulaires ou dorsales. Les médecins du travail recommandent qu’au moins un quart du temps de travail quotidien soit passé en mouvement et que la séance soit limitée à la moitié de ce temps. Cependant, en moyenne 80 à 85 % du temps de travail quotidien est passé assis à un poste de travail informatique. La position assise sollicite davantage la colonne vertébrale et les muscles du dos que la position debout ou la marche.

Si la pression sur les disques intervertébraux de la colonne lombaire est fixée à 100 %, elle est d’environ 140 % en position assise droite et peut même atteindre 190 % en position penchée. La position assise est non seulement une contrainte pour la colonne vertébrale, mais elle peut aussi entraver la respiration, la circulation sanguine et la digestion, ce qui rend la fatigue plus facile. D’autres plaintes secondaires possibles sont les maux de tête, les douleurs au cou et aux épaules, ainsi que les plaintes au niveau des bras et des mains.

Que faire pour prévenir les maladies ?

Les formes plus légères de cette contrainte unilatérale peuvent être contrecarrées par des changements de comportement et une compensation des mouvements. Toute personne qui a les yeux secs à force de lire ou de regarder l’écran peut, par exemple, utiliser des gouttes spéciales pour les yeux afin de lutter contre ce que l’on appelle le syndrome des yeux au bureau.

Les pommades ou l’alcool à friction de la pharmacie peuvent également aider à réduire la tension musculaire ou à stimuler la circulation sanguine dans les membres fatigués – ces mesures sont toutefois toujours considérées comme un complément à un programme personnel d’exercices compensatoires.